Sortir de l'histoire officielle

     



Violence ancestrale dans un monde nouveau

Dans les Mémoires d’un révolutionnaire Victor Serge écrit vers 1905 «… Paris, immense jungle où un individualisme primordial, autrement dangereux que le nôtre [l’action anarchiste violente], celui de la lutte pour la vie la plus darwinienne, réglait tous les rapports.»
Dans L’Enracinement Simone Weil écrit : « Il en est ainsi pour l'histoire. Les vaincus y échappent à l'attention. Elle est le siège d'un processus darwinien plus impitoyable encore que celui qui gouverne la vie animale et végétale. Les vaincus disparaissent. Ils sont néant. »

En nous la violence est intrinsèque, immanente, nous est inséparable, comme la séduction, la protection de la progéniture, l’entraide et la défense collective.
La nature s’est organisée en diverses strates : le minéral, puis la vie en une arborescence complexe ; la flore, la faune et des organismes intermédiaires comme les champignons.
Tout est interdépendant et vie en symbiose.
Au bout de la branche de l’évolution des singes un primate a eu une excroissance du cerveau qui en prenant conscience de sa présence s’est cru au dessus du reste. Mais ça nous écarte du sujet.
Néocortex humain mis à part le primate vie en groupe, pas comme les ours.
La sélection naturelle a gardé les groupes structurés permettant défense commune, recherche groupée de la nourriture, protection solidaire et sélection des plus résistants.
La nature n’y met pas de morale. Elle est, c’est tout. Toute possibilité d’évolution est essayée.
Amour, tendresse et violence font donc parti de l’héritage.

L’humain, mot au dessus du genre, avec son excroissance du cerveau rajoute un tas de complexités religieuses, morales, sexuelles, rejets des différences.
Les moyens techniques ne sont que des outils pour accroître ses désirs. Que ce soit par la bourse ou un fusil l’humain reste un primate.
Fermeture d’entreprise par un coup de bourse, torture sous Pinochet, coup de fusil entre voisin, tout ceci n’est simplement que des actes de primates cherchant à être dominant.
Qu’elle soit économique, policière, black-blocs, tout ceci reste de la violence bestiale.

J’ai déduit ce raisonnement simplifié par ma vie de salarié, de militant et en lisant des penseurs.
Arthur Schopenhauer par sa Volonté autonome, qui nous guide malgré nous, rejoint cette idée de bas instinct.
Ce fonctionnement basique, faunistique nous mène dans le mur. C’est un échec. Changeons de direction, sans tomber dans des croyances moralistes, prétendues tombées du ciel.
Les violences répondent à des violences, nous nous enfonçons dans le chaos.

Des empires ont bien disparus suivi d’un renouveau. L’instinct avait encore de la place.
Maintenant l’effondrement est mondial. La vie sur terre vit une situation nouvelle.
Par nos instincts sans frein, notre violence, nous détruisons notre support de vie.
Nous devons trouver une autre façon de fonctionner.
Nous n’avons pas le choix.

Comment être un humain, pas au dessus de la nature mais dedans, avec un je ne sais quoi qui peut nous rendre heureux malgré la question principale « POURQUOI ? ».

Il est question ici de changer philosophiquement sa bulle de pensée.
D’abord admettre que tout notre fonctionnement passé et présent n’est que de l’instinct amplifié par la technicité.
Rien de moral derrière, ni religion, ni message transcendant.
D’abord admettre puis réfléchir.

Février 2019

Victor Serge, Mémoires d’un révolutionnaire 1905-1945 , Montréal, Lux éditeur
Simone Weil, L’Enracinement, Paris, Gallimard, 1949 – Folio Essais
Arthur Schopenhauer, Le monde comme volonté et représentation, Paris, Gallimard, 2009 – Folio Essais